FAUNE FLORE PHOTOGRAPHY

Twitter Facebook Google Plus Pint It Linkedin email

Grande Sauterelle verte

RÉFÉRENCE : FFP_1638

La Grande Sauterelle verte est un orthoptère de couleur entièrement vert vif même si de rares individus apparaissent parfois bruns. Les caractères qui marquent au premier regard sont ses très longues pattes arrières (propices au saut), et ses très longues antennes (souvent d’une longueur supérieure à celle du corps). De manière générale, ces deux caractères distinguent les “sauterelles” des “criquets” sensu lato : la Grande Sauterelle verte est l’archétype de la Sauterelle! Volant très bien, l’espèce doit écarter ses élytres protecteurs pour permettre aux vraies ailes de se déployer. Une observation attentive de la tête permet de noter, outre les grands yeux à facettes, une plaque mobile recouvrant les mandibules ainsi que des palpes articulés de part et d’autre de cette plaque. Les femelles se reconnaissent au premier coup d’œil par leur longue tarière (ovipositeur) qui sert à insérer les œufs dans le sol à la ponte.La Grande Sauterelle verte est assez tolérante et se rencontre dans une large gamme d’habitats du moment que ceux-ci comprennent une partie strictement herbeuse et des buissons. De fait, on la trouve aussi bien dans le bocage que dans les pelouses sèches embroussaillées, les marais et bords de rivières boisés ou les villages et même les banlieues pavillonnaires avec leurs arbustes ornementaux. En été, l’espèce peut parfois s’observer dans les grandes cultures: elle y chasse, mais n’y pond pas à priori. Elle évite les forêts continues mais s’y retrouve parfois, à la faveur de layons et clairières. Si les buissons sont davantage utilisés par les adultes (pour chanter, se nourrir…), la strate herbacée est l’habitat principal des larves tout en constituant aussi un lieu de chasse pour les adultes. Issue d’un œuf pondu dans le sol, les larves de la Sauterelle verte apparaissent en avril (très discrètes car minuscules) et évoluent par mues successives jusqu’au stade adulte dont les premiers chants s’entendent dès fin juin; si les larves ressemblent fortement aux adultes, elles s’en distinguent par des ailes incomplètes. Avec une longévité comprise entre 2 et 4 mois, les adultes les plus tardifs sont notés en septembre voire en octobre si le temps a été clément. Ils vivent essentiellement le soir et la nuit durant laquelle ils chantent et chassent. C’est le chant des mâles qui trahit souvent les premières apparitions et la présence de l’espèce; l’intensité du bruit produit par plusieurs mâles peut être impressionnante !

 

Tout acte de représentation ou de reproduction d’une oeuvre (exemple : utilisation sur un site Internet), sans l’accord préalable de l’auteur, est illicite et constitue le délit de contrefaçon, délit pénal sévèrement réprimé (cf. les articles L. 335.2 et suivants du CPI).
  • Ouverture :
    ƒ/8
  • Appareil photo :
    NIKON D7200
  • Prise de vue :
    23/05/2020
  • Focale :
    105mm
  • ISO :
    200
  • Vitesse d’obturation :
    1/500s
MÉTADONNÉES EXIF
  • Ouverture :
    ƒ/8
  • Appareil photo :
    NIKON D7200
  • Prise de vue :
    23/05/2020
  • Flash actif :
    no
  • Focale :
    105mm
  • ISO :
    200
  • Vitesse d'obturation :
    1/500s

TAGS : ORTHOPTERA

0 Commentaires

Aimeriez-vous partager vos pensées ?

Laisser un commentaire