FAUNE FLORE PHOTOGRAPHY

Twitter Facebook Google Plus Pint It Linkedin email

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur)

RÉFÉRENCE : DSC_4955

La Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) est une espèce d’oiseau appartenant à la famille des Columbia. La Tourterelle des bois est le columbidé le plus svelte et élancé d’Europe. Son manteau n’est pas uniforme comme chez la Tourterelle turque mais écaillé apparaissant tacheté de noir. Le cou est marqué de griffes noires, la poitrine est délicatement rosée. Terminée par une barre blanche, la queue noire et bien soulignée en vol par la blancheur des sous-caudales. Son vol est rapide, brusque au décollage et apparaît comme saccadé. Cet oiseau mesure 25 à 28 cm de longueur pour une envergure de 49 à 55 cm et une masse généralement de 120 à 150 g (valeurs extrêmes de 85 et 208 g). C’est le plus souvent par son chant que l’on repère la tourterelle des bois car elle reste volontiers confinée dans la végétation. Son roucoulement est doux comme étouffé. La tourterelle des bois cherche sa nourriture à terre ; elle est composée essentiellement de petites graines (de tournesol surtout) et principalement de plantes satellites des cultures mais également de graines de pintombées au sol. La sous-espèce nominale se reproduit de l’Atlantique à la Sibérie occidentale et à la Syrie, atteignant le nord de la Grande-Bretagne et jusqu’au 58° nord en Russie ; au sud, elle occupe la rive septentrionale du bassin méditerranéen tandis que la sous-espèce arénicole niche aux Baléares, au nord-ouest de l’Afrique, à l’est de la Méditerranée jusqu’à la Mongolie. D’autres sous-espèces occupent les régions sub-sahéliennes de l’Afrique. La tourterelle des bois hiverne en Afrique sahélienne dans les savanes buissonnantes où elle forme des dortoirs importants. Migratrice, la tourterelle des bois a le cycle de reproduction le plus court des columbidés européens. Les nicheurs arrivent de mi-avril à mi-mai. Après avoir élevé une ou deux nichées (1 à 2 œufs blancs), les tourterelles des bois repartent sur leurs quartiers d’hivernage dès la fin juillet, la migration battant son plein dans la deuxième quinzaine d’août, les derniers individus disparaissent du territoire français fin septembre début octobre. La migration est nocturne avec, dans certaines régions, un passage matutinal marqué (Médoc en prénuptiale, cols de Sare, Pays basque, en post-nuptiale). Si l’espèce est abondante au cours des migrations sur la zone côtière, des rassemblements post-nuptiaux peuvent être également observés dans certaines régions agricoles (Entre-deux-Mers, Béarn…).

 

Tout acte de représentation ou de reproduction d’une oeuvre (exemple : utilisation sur un site Internet), sans l’accord préalable de l’auteur, est illicite et constitue le délit de contrefaçon, délit pénal sévèrement réprimé (cf. les articles L. 335.2 et suivants du CPI).
  • Ouvertureƒ/5.6
  • Appareil photoNIKON D4
  • Prise de vue8/03/2015
  • Focale400mm
  • ISO125
  • Vitesse d’obturation1/400s
MÉTADONNÉES EXIF
  • Ouvertureƒ/5.6
  • Appareil photoNIKON D4
  • Prise de vue8/03/2015
  • Focale400mm
  • ISO125
  • Vitesse d'obturation1/400s

TAGS : Oiseaux

0 Commentaires

Aimeriez-vous partager vos pensées ?

Laisser un commentaire