FAUNE FLORE PHOTOGRAPHY

Twitter Facebook Google Plus Pint It Linkedin email

Grive musicienne (Turdus philomelos)

DSC_0055

La Grive musicienne (Turdus philomelos) est une espèce de passereaux de la famille des Turdidés.
L’identification de la grive musicienne peut être faite en regardant le dessous de l’aile lorsqu’elle est en vol ; dans le cas de la grive musicienne cette zone est orangée alors que dans le cas de la grive mauvis, elle est rouge ; dans le cas de la grive draine et de la grive litorne la zone est blanche. D’une longueur de 22 cm, la grive musicienne a une envergure de 33 à 36 cm pour une masse de 65 à 90 g. Cette espèce vit 14 ans en moyenne. Moins sociale que la grive mauvis, la grive musicienne se rencontre dans les bois, les grands jardins, les haies et les parcs urbains. La grive musicienne est une migratrice partielle (une partie de la population reste sur les lieux de nidification, tandis qu’une autre partie migre). Les grives musiciennes passent l’hiver en Afrique du Nord ou en Europe méridionale et occidentale. En mars, les mâles reviennent les premiers et établissent leur territoire. Quelques jours après, arrivent les femelles qui choisissent un partenaire. En avril, le couple construit le nid avec des tiges et brindilles entrelacées. Le nid est facilement reconnaissable : le fond est lisse, recouvert d’un torchis séché constitué d’argile, de limon et de salive. La femelle y pondra 3 à 6 œufs bleutés, parsemés de taches sombres. Elle les couvera durant 12 à 14 jours. Les poussins sont ensuite nourris au nid pendant 2 semaines par les parents, puis iront à terre où les parents continueront à les alimenter durant 2 à 3 semaines. Cependant, la mère ne s’occupe que de 3 petits si elle en a plus elle chasse les oisillons en plus du nid et ne s’occupe plus d’eux. La grive musicienne se nourrit de vers, de limaces, chenilles ou escargots, ainsi que de baies ou autres fruits.
La grive musicienne recherche son alimentation principalement au sol. Friande d’escargots, elle a pour habitude de se servir d’une pierre comme enclume afin d’y casser leur coquille. Ce comportement lui est propre et n’est pas partagé par les autres espèces de grives. Elle présente un exemple d’utilisation d’outil par un animal. Plutôt solitaire et discrète en général, la Grive musicienne vit le plus souvent seule ou en couple, sauf durant l’hiver pendant lequel elle se joint aux bandes de grives mauvis. Elle vole souvent au ras du sol sur de courtes distances cherchant à se cacher rapidement. Par contre, en migration, elle a un vol direct et puissant. Le chant de la grive musicienne est très complexe : un motif simple, sifflé trois ou quatre fois, puis un autre et encore un autre, avec parfois des imitations du chant d’autres espèces : “Pii-èh pii-èh pii-èh” puis “Kvièt kvièt” suivi de “Pii-èh pii-èh pii-èh”, “Trruy trruy trruy, codidio codidio”. Pour corser le tout, la grive musicienne imite très bien la fauvette des jardins et d’autres encore. Il faut écouter attentivement l’imitation pour détecter une pause ou un son anormal qui désigne alors la grive !

 

Tout acte de représentation ou de reproduction d’une oeuvre (exemple : utilisation sur un site Internet), sans l’accord préalable de l’auteur, est illicite et constitue le délit de contrefaçon, délit pénal sévèrement réprimé (cf. les articles L. 335.2 et suivants du CPI).
  • Ouvertureƒ/8
  • Appareil photoNIKON D7200
  • Prise de vue5/05/2019
  • Flash actifno
  • Focale105mm
  • ISO400
  • Vitesse d’obturation1/500s
MÉTADONNÉES EXIF
  • Ouvertureƒ/8
  • Appareil photoNIKON D7200
  • Prise de vue5/05/2019
  • Flash actifno
  • Focale105mm
  • ISO400
  • Vitesse d'obturation1/500s

TAGS : Oiseaux

0 Commentaires

Aimeriez-vous partager vos pensées ?

Laisser un commentaire