FAUNE FLORE PHOTOGRAPHY

Twitter Facebook Google Plus Pint It Linkedin email

7 août 2015 Les plus petits animaux de la planète Posted In: Faune

Faune Flore Photography
Paedophryne amauensis

Est une espèce d’amphibiens de la famille des Microhylidae. Décrite en janvier 2012, c’est le plus petit vertébré connu à cette date. Cette espèce de grenouilles est découverte en août 2009 par l’herpétologiste Christopher Austin et son doctorant Eric Rittmeyer durant une expédition pour explorer la biodiversité de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La nouvelle espèce est trouvée près du village Amau dans la Province centrale. Cette espèce est endémique de Province centrale en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Elle a été découverte à 177 m d’altitude à Amau.

Paedophryne amauensis mesure entre 7,0 et 8,0 mm pour les mâles. Elle prend donc la place du plus petit vertébré connu à sa découverte en 2012, titre alors détenu par Paedocypris progenetica, un poisson endémique d’Indonésie. La grenouille vit sur la terre ferme et son cycle de vie ne comprend pas de stade du têtard. Les membres de cette espèce éclosent adultes entièrement développés. Ils sont capables de sauter sur une longueur équivalente à trente fois la longueur de leur corps. La grenouille est crépusculaire et se nourrit de petits invertébrés. Les mâles émettent des cris stridents semblables à ceux d’insectes à la fréquence de 8400–9400 Hz.

 

Paedocypris progenetica

Paedocypris progenetica est une espèce de poissons de la famille des Paedocyprinidae.
Cette espèce est endémique d’Indonésie, elle se rencontre à Sumatra dans la province de Jambi et à Bintan. Cette espèce est très petite avec une taille maximum de 10 mm. Ce poisson a été considéré à sa découverte comme le plus petit vertébré du monde, jusqu’à la description de la grenouille Paedophryne amauensis le 11 janvier 2012.

 

Sphaerodactylus

Les 115 espèces de ce genre se rencontrent en Amérique. Ce sont dans l’ensemble des animaux de petite taille (dont le plus petit représentant des geckos à l’heure actuelle, Sphaerodactylus ariasae, découvert récemment et dont la taille est inférieure à 2 cm), avec une apparence svelte et un museau en pointe, et qui pour beaucoup pondent un seul œuf à la fois (alors que la plupart des geckos en pondent deux à la fois).
Ce sont pour la plupart des reptiles terrestres et nocturnes, qui se nourrissent d’insectes.

 

Tetracheilostoma carlae

Tetracheilostoma carlae est une espèce de serpents de la famille des Leptotyphlopidae. Cette espèce est endémique de la Barbade. Tetracheilostoma carlae mesure entre 93 et 104 mm.

 

Colibri d’Elena (Mellisuga helenae)

colibri-abeille, est une espèce d’oiseau de la famille des Trochilidae. Ce nom lui a été donné en l’honneur d’Elena Booth, l’épouse d’un ami de Juan Gundlach (1810-1896), célèbre naturaliste allemand qui a séjourné pendant plusieurs années à Cuba. D’après Alan P. Peterson, c’est une espèce monotypique.

Avec une longueur totale de 5 à 6 cm et un poids de 1,6 à 1,9 gramme, le mâle de cette espèce est le plus petit de tous les oiseaux. La femelle a un poids de 2 grammes, dépasse à peine 2 cm de longueur et pond possiblement les plus petits œufs amniotiques au monde, bien qu’il n’y ait aucune certitude à ce sujet. Le mâle adulte a la tête et la gorge rouge étincelant, et un collier iridescent aux plumes latérales allongées. Le reste de son plumage est bleuâtre dessus et blanc grisâtre dessous. Il a la queue légèrement échancrée. La femelle, un peu plus grande que le mâle, est verte dessus et blanchâtre dessous. Les plumes latérales de sa queue arrondie ont l’extrémité blanche. L’immature est semblable à la femelle. Cet oiseau-mouche vit dans les bois, les marécages, les massifs d’arbustes et les jardins ; on le rencontre à l’occasion en milieu assez ouvert, mais il a généralement besoin de végétation mature avec un enchevêtrement touffu de lianes et riche en épiphytes. Il se nourrit principalement de nectar. Il prend aussi de petits insectes ; les jeunes laissés seuls au nid quand la femelle est partie s’alimenter capturent et mangent les petits insectes qui viennent à leur portée.

Le colibri d’Elena niche de mars à juin. Son nid est généralement placé à une hauteur moyenne de 3,50 m sur une fine branche ; il se compose de fibres végétales sèches, est garni intérieurement de laine végétale et décoré à l’extérieur de lichens. Habituellement, il est partiellement dissimulé par le feuillage qui le surplombe ; sa construction, par la femelle seule, dure une dizaine de jours. La ponte se compose de deux œufs, pondus à un jour d’intervalle. L’incubation prend 21 ou 22 jours. Les jeunes, rouge foncé et nus, éclosent avec un décalage d’un jour ; ils sont nourris et couvés par la femelle. Les jeunes sont complètement emplumés à l’âge de 13 ou 14 jours, et s’entraînent alors au vol pendant 4 ou 5 jours ; ils quittent le nid à l’âge de 18 jours environ.

Ce colibri vit à Cuba et sur l’île de la Jeunesse. On pense qu’en règle générale il est sédentaire, bien que des individus erratiques aient été vus à Providenciales (îles Caicos) et aux Bahamas.
Ses populations sont en net déclin, probablement à cause de pertes d’habitat, l’espèce semblant très dépendante des forêts matures. Cet oiseau se rencontrait jadis partout à Cuba et sur l’île des Pins, mais ne survivrait plus actuellement que dans quelques régions.

 

Tagged:
0 Commentaires

Aimeriez-vous partager vos pensées ?

Laisser un commentaire